Festival 2015

Editorial

©
imprimer

Editorial

Va plus vite, nuage,
quels chants entonnes-tu là ?
Plus vite, plus vite nuage !
Qu’emportes-tu là
une sépulture ou bien une viole ?

Adonis, Le Gerfaut III, Montée aux tours de la mort


QUE DIRAIT MOZART ?

Que dirait Mozart s’il débarquait dans notre monde en 2015 ? Choqué par les violences qui secouent la planète, trouverait-il son Quatuor des Dissonances à la mesure de ces affrontements ? La quête d’harmonie et d’équilibre qui nourrit son œuvre lui paraîtrait-elle désuète ? En conversation avec un poète turc ou libanais, penserait-il que son Enlèvement au sérail présente un Orient de pacotille ou qu’il éclaire la complexité des relations interculturelles de notre temps ? Ou bien… se mettrait-il tout simplement au clavier pour aller au-delà des mots ?

Depuis 1948, le Festival d’Aix parcourt et relit inlassablement l’œuvre mozartienne ; interrogeons donc le sens de la programmation de cette édition 2015. En proposant en une même soirée Iolanta de Tchaïkovski et Perséphone de Stravinski, Peter Sellars et Teodor Currentzis réunissent, au-delà de deux univers musicaux très contrastés, des personnages qui rayonnent d’humanité et de capacité visionnaire. Infiniment humain dans ses ressauts et ses contradictions, le désir est au cœur de l’Alcina de Haendel, du Midsummer Night’s Dream de Britten / Shakespeare, ou de Svadba, opéra d’Ana Sokolović chanté et joué par six femmes, à la veille du mariage de l’une d’elles.

Évoquant le labyrinthe construit par Minos, roi de Crète, Jonathan Dove fait revivre, avec des centaines de jeunes participants emmenés par Sir Simon Rattle, le combat de Thésée parti libérer les jeunes prisonniers athéniens condamnés à mort face au Minotaure. Quel mécanisme infernal pousse ainsi les vainqueurs d’hier et d’aujourd’hui à humilier systématiquement les vaincus, causant immanquablement leur propre perte ?

AIX EN JUIN proposera un prélude de quelques dizaines d’événements, prélude qui culminera le 26 juin sur le cours Mirabeau avec un grand concert Haendel réunissant Patricia Petibon, Anna Prohaska et Philippe Jaroussky sous la direction d’Andrea Marcon. L’Académie apportera le concours de quelque 250 jeunes artistes de toutes disciplines et de toutes origines. Le Freiburger Barockorchester continuera sa résidence sous le signe de Haendel et Mozart. Nous entamerons avec Teodor Currentzis et son chœur MusicAeterna un cycle Stravinski et accueillerons une vingtaine de compositeurs de tous âges et de toutes origines.

Parce que notre Festival est ouvert sur le monde, le centenaire du génocide arménien sera commémoré en musique ; nous rendrons hommage au Festival de Baalbeck, le plus ancien et le plus prestigieux des festivals du Proche-Orient, qui fête en 2015 ses soixante ans ; nous évoquerons l’esprit d’Essaouira et de son Festival des Andalousies Atlantiques, lieu de célébration privilégié de l’héritage musical judéo-arabe. Dans toute sa diversité, le programme artistique de cette édition 2015 du Festival d’Aix invite à la réflexion, à la mémoire et à l’utopie.

Bernard Foccroulle
Directeur général

le Festival a le soutien de
Vivendi
partenaire officiel
partenaires
faire un don Blog goodies